[Digital] Comment rendre vos QR Codes plus efficaces ?

[Digital] Comment rendre vos QR Codes plus efficaces ?

Ca y est, cette fois c’est sûr, le QR Code fait définitivement partie du paysage digital. C’est vrai que l’on voit éclore un peu partout ces carrés de pixels et que les chiffres démontrent que les mobinautes sont de plus en plus prompts à les ‘flasher’ pour découvrir ce qui se cache derrière. Juste un chiffre : l’utilisation des QR codes à bondit de

439% entre janvier 2011 et décembre de la même année, et il ne passe pas une journée sans que l’on ne me demande d’en générer un (ou plusieurs) pour les intégrer sur une campagne presse, une affiche, une plv, une étiquette ou autre…

En général, ma première réponse est directe et pédagogique :

« Vous voulez créer un QR Code ? rien de plus simple, il est inutile d’être un expert du digital pour le faire, voici en quelques clics la marche à suivre. »

Personnellement j’utilise la solution d’Unitag que je trouve adaptée à mes besoins et ceux de mes clients.

Mais la simplicité de mise en oeuvre ne doit pas faire oublier que le QR Code n’est qu’une porte d’entrée sur un contenu qui, pour être efficace doit être pertinent et adapté au mobile. Si ce n’est pas le cas, le risque est au mieux de ne servir à rien, au pire de décevoir des mobinautes de plus en plus en attente.

Donc, Maintenant que vous savez faire une magnifique QR Code personnalisé à l’image et aux couleur de votre entreprise, voici quelques conseils pour se donner toutes les chances de succès :

1- Mettre en valeur son QR Code

En général on pousse plus facilement une porte lorsque la vitrine est attractive et visible. On l’a vu plus haut, vu le nombre grandissant de QR Codes en circulation, il est préférable de le personnaliser. S’il est affiché sur une annonce presse ou une plaquette réservez lui si possible une taille minimum de 3 cm x 3 cm (1 cm de côté minimum). Plus l’url cible est longue ou l’information liée au QR Code est dense et plus il y aura de pixels. Dans le cas d’un affichage inférieur à 3 cm de côté réduisez l’url via un réducteur d’url comme bit.ly.

2- Faites une promesse au mobinaute, et tenez la

Là encore, le mobinaute aime avoir une idée de ce qui l’attend derrière le QR Code. Ajouter une mention courte indiquant une promesse améliorera l’utilisation (ex. « Où nous trouver ? flashez le code » en liant le QR Code au plan d’accès ou à une liste de points de vente). C’est aussi un moyen d’éviter les visiteurs mal ciblés qui se traduira dans les statistiques de trafic par un fort taux de rebond sur la page d’atterrissage. Une promesse forte, par exemple une remise, sera d’autant plus attirante, mais attention, quand on fait des promesses, il faut les tenir au risque de  décevoir le client !

3- Lier le QR Code à un contenu adapté au mobile

Evidemment un QR Code est tagué la plupart du temps avec un téléphone mobile ou une tablette. Il préférable (je dirais même indispensable) de lier le QR Code à un site ayant un design responsive. Le mieux est encore de créer une page spéciale pour la campagne, relayant l’offre de l’annonce presse, le jeu concours, une fiche produit, la promotion, etc. Quelques erreurs à éviter pour la page d’atterrissage :

  • Page d’atterrissage en flash qui ne sera pas reconnue par les iPhone/iPad,
  • Renvoi sur une home page non responsive avec trop de texte,
  • Page d’iTunes pour le téléchargement d’une application iPhone, incompatible avec les mobiles Androïd (sauf si c’est clairement spécifié)
  • Page trop longue à charger
4- Mesurer l’efficacité de sa campagne QR Code

Lorsqu’il sont payants, les outils de création de QR Code proposent de pouvoir suivre les statistiques de sa campagne. Si vous le souhaitez, vous pouvez également ajouter un utm_source à l’url cible utilisée lors de la génération du QR Code. Il vous permettra de tracer la provenance des visiteurs dans Google Analytics (ex. http://m.monsite.com/page-produit.html?utm_source=OP_QR-Code-nom-du-support). C’est particulièrement utile dans le cas d’une campagne diffusée sur plusieurs support. Il faudra créer un QR Code par support en ne modifiant que l’utm_source (l’url reste la même). Si vous utilisez une landing page spécifique (avec une url propre) l’utm source n’aura plus d’utilité.

5- Ne pas faire un QR Code pour se faire plaisir…

… Mais pour faire plaisir à ses clients ! Comme je le dis dans toutes mes conclusions, il est essentiel de réfléchir à sa stratégie : un QR Code n’est pas une fin en soit, c’est pour une marque le moyen de proposer à ses clients et prospects une expérience mobile originale pour leur rendre service, les distraire, les informer bref faciliter l’accès au message que l’on veut lui faire passer et bien sûr vendre ! puisque c’est souvent la finalité !

Un dernier conseil, pensez à tester votre QR Code en situation avant de remettre vos éléments à l’imprimeur. Faites l’essai sur plusieurs terminaux (Androïd, iPhone…) et si possible avec plusieurs applications (pour ma part j’en ai 2 sur mon HTC, j’utilise principalement Barcode Scanner). Si ça coince rectifiez !

Dans le secteur du vin, la société Vincod propose une solution globale de création de fiches vin accessibles multi-plateformes (desktop, laptop, mobile, tablettes) via un QR Code.

Quelques articles et études que j’ai utilisé pour écrire ce sujet :
Le blog de Jean-Eric Pelet, le générateur de QR Codes Unitag, l’étude NellyMoser, Vincod

Si vous souhaitez des précisions, des éclaircissements, une aide dans votre réflexion de marketing mobile vous pouvez m’adresser un e-mail à julien[at]digital-inside.com. Si vous avez des remarques, que vous souhaitez réagir ou apporter des précisions ou compléments n’hésitez pas à le faire en laissant un commentaire !

À bientôt,

Julien Guinebault


8 Comments
  • Jerome
    Répondre

    C’est bien beau de dire que ça progresse de 432% en un an : c’est l’argument des « petits » pour justifier leur existence. Mais quel est le taux d’usage du QR code ? 5% 10 % de la population équipée de smartphone ? Soit pas grand chose de la population mobile quoi … On se gausse avec les QR code, mais leur avenir ne me parait pas vraiment … d’avenir ! On enr eparle dans 6 mois

    7 septembre 2012 at 8 h 02 min
  • Très bon article merci ! Pour autant, dire que les QR vont mourir à cause du NFC est un peu excessif. S’il y a bien quelque chose que j’ai découvert en réalisant ma thèse sur le marketing mobile c’est justement que les QR code ont de l’avenir. Pour preuve, ce qu’en font de jeunes start-up comme SKIMM, voir leur interview ici : http://vincenttessier.fr/2012/09/06/skimm-simplifie-le-paiement-mobile/

    7 septembre 2012 at 16 h 04 min
  • Un produit mort-né… Complexeà utiliser finalement car mal-normé. Ce logiciel le décode, pas ce dernier… C’est bon sous IOS, pas sous Android…Bref, autant d’avenir que le Betacam de Sony…
    Sans cohérence de norme, pas d’avenir…
    Le principe n’est pas mauvais pour autant, mais il est clair que demain, il sera possible d’identifier un vin en prenant simplement un snap-shot (déjà en cours de finalisation chez Samsung et autres, en reconnaissance pure) , ou en analysant le RFID accolé à l’étiquette ou au bouchon, ou encore techno NFC éventuellement afin protéger les grands vins de la contrefaçon…
    Bref : QR-Code, venu trop tard, mal géré, dispensable….

    7 septembre 2012 at 16 h 10 min
  • Anonyme
    Répondre

    Julien,
    Ton article est très bien. C’est clair, bien documenté bien écrit et pragmatique.
    Evidemment je ne suis pas objectif puisque ravi d’être cité (http://vincod.com)
    Je réagis aux commentaires de Jerome et Laurent qui semblent assez catégoriques dans leur jugement. En réponse à Laurent Il faut rappeler que le QR Code existe au Japon depuis plus de 15 ans. Aujourd’hui utilisé au moins 1 fois par mois par 90% des « ménagères ». L’avenir n’est peut etre pas si loin;-) Pour réagir à Laurent dans la famille norme qui s’impose, le QR Code est un cas d’école. C’est datamatrix et flashcode qui a des pbls. Le snap-shot d’étiquette, pour l’étudier de prêt, n’est pas forcément la panacé (pour ne donner que 2 exemples st andré de figuiere l’etiquette est exactement la meme entre le blanc et le rosé, tu fais comment? pour de nombreux vins le millésime est affiché à part de l’étiquette, comment tu rentres ça dans l’image?). Le sans-contact (NFC, RFID) est plein de promesse. Je m’interroge juste sur son application à l’alimentaire (est-ce qu’une puce RFID sur une bouteille ne risque pas de dénaturer le vin? c’est une question sérieuse ça). Le pbl de l’identification du vin ce n’est pas tant le device mais la source d’info (pour le coup dans le marché du vin le pbl est la norme qui n’existe pas à l’opposé des livres par exemple avec l’isbn. c’est dans ce sens que nous developpons vincod. Je serais ravi de lire vos avis en retour.

    12 septembre 2012 at 16 h 31 min
  • Anonyme
    Répondre

    Très bon article – En tant qu’utilisateur et préconisateur de solution QR code, je confirme que pour nos procédés d’impression anti-contrefaçon VAO Label, qui habilles de grands millésimes . Le QR Code, apposé sur la contre étiquettecode reste le meilleure outil de communication drecte et d’information des consommateurs, quelque soit l’endroit ou ils se trouvent dans le monde.
    Maintenant chacun son métier, créé un QR code est aisé mais il faut un contenu solide derrière et pouvoir assuré une gestion des informations en continu et les tracer dans le temps.
    C’est la raison pour laquelle notre bureau d’Etude à signé un partenairait exclusif avec Vincod.

    13 septembre 2012 at 8 h 49 min
  • Pingback: Anonyme
    Répondre

Post a Comment