[Tendance] Le développement du m-commerce profitera-t-il à la filière vin ?

[Tendance] Le développement du m-commerce profitera-t-il à la filière vin ?

Forrester vient de publier une étude (prometteuse) sur la croissance attendue du m-commerce – entendez commerce sur l’internet accessible depuis votre mobile – à l’horizon 2017. En synthèse, d’ici 5 ans…et en ne tenant compte que du terrain européen étudié (France, Allemagne, Royaume-uni, Pays-Bas, Espagne, Suède, Italie), Forrester prévoit que le m-commerce devrait représenter 6.8% des ventes en ligne vs. 1% en 2011.

79 millions de m-consommateurs en 2017
La démocratisation des smartphones et le développement des sites mobiles des m-commerçants devraient permettre un accroissement du nombre m-consommateurs, qui, selon l’étude, seront 79 millions en 2017 contre 7.6 millions en 2011.

Site mobile pour vendre, application pour fidéliser
Il y a encore 5 ans la logique dominante consistait à proposer des applications embarquées marchandes. Aujourd’hui, l’amélioration de la qualité des connexions internet mobile incite au développement de sites internet mobiles (web app) moins coûteux à développer qu’une App embarquée, plus simple (pas de téléchargement) et plus accessible car disponible directement depuis n’importe quel navigateur et OS (iOS, Androïd, Windows Phone, RIM…).
Les applications iPhone ou Androïd (pour ne citer que les deux principaux OS) ne sont pas à bannir pour autant. Elles restent extrêmement pertinentes dès qu’il s’agit d’apporter du service aux clients ou futurs clients, grâce notamment aux fonctionnalités du téléphone (géolocalisation, appareil photo…), avec un objectif de fidélisation plus que de vente directe.

Faut-il prévoir un site spécifique pour tablette ?
Idéalement, oui. Pour au moins deux raisons. Le format, plus grand qu’un écran de mobile permet d’envisager une ergonomie spécifique adaptée au support pour un plus grand confort d’utilisation. Le mode de surf, tactile et nomade qui incite là aussi à imaginer une interface spécifique pour faciliter la navigation.

Pour conclure, il est essentiel de se préparer dès aujourd’hui au m-commerce en proposant au minimum un site mobile (et tablette si possible). Il devra disposer d’une architecture spécifique, voir même d’un contenu particulier (une offre plus concentrée par exemple) qui permettra au mobinaute d’accéder à votre offre. La plupart du temps, il ne le fera qu’à titre consultatif. ip address L’achat est encore souvent validé sur le site traditionnel. Mais une fois que l’on sait ça, pourquoi ne pas imaginer les fonctionnalités pour aider le visiteur dans son m-shopping en prévoyant par exemple un panier persistant qu’il pourra retrouver une fois rentré chez lui en se connectant sur son ordinateur.

L’étude Forrester

Si vous souhaitez des précisions, des éclaircissements, une aide dans votre réflexion de marketing mobile vous pouvez m’adresser un e-mail à julien[at]digital-inside.com. Si vous avez des remarques, que vous souhaitez réagir ou apporter des précisions ou compléments n’hésitez pas à le faire en laissant un commentaire !

À bientôt,

Julien Guinebault


1 Comment
  • Anonyme
    Répondre

    Bonjour
    je suis avocat et mon activité est tout particulièrement tournée vers les boissons alcoolisées et le droit des nouvelles technologies.
    Ne pas oublier que la vente à distance de champagne doit se faire dans le cadre, certes parfois contraignant, de la loi Evin, du Code de la consommation et des textes sur la communication électronique.

    27 septembre 2013 at 14 h 13 min

Post a Comment